La nouvelle régulation des jeux d’argent en Allemagne

Les jeux d’argent en ligne connaissent des changements dans de nombreux pays. L’Allemagne en fait partie. Étant un État fédéral, les changements concernant la législation du casino en ligne et des jeux d’argent en général peuvent avoir des impacts importants pour l’économie de ce marché.

Jouer sur les meilleurs casinos en ligne au Canada :
loi casino allemagne

L’incohérence de la législation fédérale

Les états de Brandebourg et de Bavière, représentant à eux deux, 19 % de la population allemande, ont notifié auprès de la Commission Européenne, leurs souhaits de confier les jeux de banque à des organisations publiques.

Par « Jeux de banque », on entend par là des jeux auxquels les joueurs livrent des parties contre un croupier représentant la maison de jeu, autrement dit la banque. Les jeux concernés sont le Blackjack, la Roulette et le Baccarat.

En revanche, le Poker et les machines à sous seront disponibles via des opérateurs privés seulement si ces derniers possèdent une licence d’exploitation nationale. Une taxe de 5,3% par mise sera néanmoins prélevée.

Ce qui est incompréhensible, c’est que les jeux de banque seront autorisés État par État. De plus, chaque État aura la possibilité de choisir entre un monopole d’État ou par une organisation privée, mais aussi, d’appliquer un système de licence.

Une contradiction flagrante qui reflète un manque de gestion de la part du système fédéral Allemand et qui peut couter cher aux entreprises privées ainsi qu’au marché du Gaming online.

Nouvelle régulation en Allemagne

Les enjeux et impacts de cette nouvelle régulation

Le Brandebourg réserve les jeux de casinos en ligne exclusivement pour les casinos de Brandebourg, filiale de Brandenburg Lotto, entreprise d’État. La Bavière souhaite réserver l’exploitation des jeux de casinos aux Bavarian casinos, filiale de Lotto Bayern à Munich.

Une contradiction flagrante qui reflète un manque de gestion de la part du système fédéral Allemand.

Ce la veut donc dire que l’État aura pleinement gestion des jeux d’argent en ligne. Pour appuyer ce contrôle de lourdes taxes seraient imposées aux entreprises privées pour qu’elles continuent l'exploitation de leurs contenus.

Flutter Entertainment a déclaré que ces taxes rendraient commercialement non viable, les produits de poker, machines à sous et paris sportifs. William Hill, géant anglais de paris sportifs en ligne, a mentionné que cette contribution fiscale entrainerait de lourdes pertes sur les revenus provenant du marché allemand et ce, en millions de livres sterling.